Les gâteries de la St Valentin

Et oui bientôt la St Valentin ! Cette fête tant décriée par les célibataires et les anti-consuméristes …
Quoi qu’il en soit, cela reste une belle occasion de pâtisser et d’offrir à vos proches ces mignons sablés !

Voici donc mes Sablés St-Valentin fourrés à la confiture de fraise s’il vous plait.

La recette, on veut la recette !

280g farine + plan de travail
1/2 càc levure chimique
75g noix de pécan grillées mondées (honnêtement : la flemme !, j’ai pris de la poudre d’amande)
2 càs sucre glace + décor
1 pincée sel
1 pincée cannelle moulue
115g beurre froid en dés
50g sucre poudre
1 càc extrait vanille
1 gros oeuf
150g confiture/gelée rouge sans morceaux : variez les plaisirs c’est la st valentin ! 😉

Procédé :

La pâte
1) Tamisez farine et levure.
2) MLG (mélanger) sucre glace, sel, cannelle et noix de pécan (poudre d’amande) dans votre cul de poule ou bol du batteur
3) Dans le bol rajoutez le beurre+sucre jusqu’à ce que ça soit mousseux
4) Quand ça mousse, rajoutez l’oeuf et la vanille
5) Pétrissez, malaxer, caressez la ! :p Et mettez la au frais, congélo 30mn ou frigo 1h. Séparez là en 2, ça sera plus facile !
6) Étalez là à 3mm, utiliser des emportes pièces en forme de cœur à défaut d’en avoir des plus osés pour cette fête de l’amour.
7) N’oubliez pas le petit trou pour qu’on puisse apercevoir la confiture tout de même !
8) Cuire 8 à 10 mn, laissez refroidir.

La confiture
1) Chauffez la pdt 5 à 7 min et laissez là bien refroidir !
2) Étalez là gentiment sur vos sablés sans trous, côté plaque.
3) Sucre Glacez vos sablés à trou
4) Assemblez les deux

Amusez-vous !!

 

De A à Z : Le CAP Pâtisserie

Edit de 2016 : Attention, cet article date de 2012, peut-être que l’épreuve a changé !

Parce que je fais face à une demande croissante de candidats libres ou d’autres personnes qui veulent plus d’infos sur le CAP Pâtisserie, et parce que j’aurais de moins en moins de temps pour leur répondre, mais parce que je ne veux pas qu’ils se sentent délaissés :

VOUS SAUREZ TOUT SUR L’ÉPREUVE PRATIQUE DU CAP PÂTISSERIE !
NB : regardez dans les commentaires, il y a d’autres infos intéressantes.

I/ Comment se déroule l’épreuve succinctement

Il y a trois phases :

– La phase organigramme

Dès que vous arrivez (habillés, avec votre mallette et tout) on vous installe dans une salle avec le sujet et pendant 30 min vous devez remplir l’organigramme de votre journée. C’est pas une grande partie de la note mais cela révèlera au jury si vous êtes cohérents sur le papier et en réalité. Bien sur si vous voyez sur le tas que votre organigramme n’est pas cohérent vous pouvez faire autrement pendant l’épreuve, n’oubliez pas d’en faire par au jury et/ou vous justifier.

– La phase : à l’attaque !

Vous rentrez dans le labo, on vous montre votre espace de travail, vous sortez vos outils, ne les mettez pas en vrac sur votre marbre. Désinfectez-les (ça fais plus « pro », ca impressionne toujours les jurys) ensuite en fonction de votre espace si vous avez de la place mettez vos outils en dessous du plan, au dessus, au pire dans le frigo ! Rien sur le plan de travail, que vous désinfecterez aussi ! Nom de diou !

– La phase questions

A tout moment le jury vous prend à part 2 fois : 1 fois pour vous poser des questions d’hygiène et santé et 1 autre fois pour des questions d’ordre technique sur la pâtisserie.

II/ Dans les détails
I/L’organigramme

Exemple d’un organigramme, tiré d’un bouquin de cours, il est + ou – représentatif de ce que l’on attend de vous. (Cliquez pour voir en + grand)

organigramme cap pâtisserie

Il comporte plusieurs défauts :

– il est en format paysage alors qu’à l’épreuve il sera en format portrait

– les horaires ici sont très/trop détaillés : simplement à l’épreuve ce sera par 30min. Si besoin, je vous le recommande, diviser les cases en 15 min ! C’est rare qu’on est besoin de 30 mn pour faire une pâte sucrée ! (munissez vous d’une règle le jour J)

-il indique les « épreuves orales » (= questions du jury) : c’est n’importe quoi ! Ne le mettez pas, vous aurez à peine la place de tout mettre déjà !

– l’entremet est monté après le repas et la tarte est faite avant le repas : personnellement j’aurais inversé. Tout simplement car il y a plus de points sur l’entremet autant qu’il soit bien pris ! En plus la tarte n’est (généralement) pas décoré donc sincèrement on s’en fout de la tarte !

Ses qualités :

-il est clair propre et concis (peut être un peu trop ? les jurys aiment quand il y en a plus que pas assez)

-il y a bien les 4 colonnes correspondants aux réalisations + 1 colonne hygiène  : à savoir que l’organigramme type ne tient pas compte de la colonne hygiène, soit vous la rajouter, soit vous mettez des astérisques  en mettant en bas * = nettoyage du matériel et du poste

– il prend en compte le repas, attention le repas n’est pas forcément de 1 heure, ni de 12h30 à 13h30. Tout cela sera dit le jour J

– très bon point : il glace les éclairs à la fin ! Je dis oui ! Car, il sera bien brillant lors de la présentation de vos produits ! Si vous faites ça le matin, à moins que vous soyez une experte en fondant, il a de grandes chances pour qu’il craque et qu’il soit immonde à présenter.

-tout l’organigramme tourne autour des croissants et c’est ce qu’il faut faire, c’est ce qui rapporte le plus de point avec l’entremet.

-bon point : toutes les pates (croissant, génoise, pâte sucrée, pâte a choux) sont pétries ou faite dans la première heure et demie !

II/ L’épreuve en elle même

Il y a 4 composantes au CAP
Les pâtes levées ou levées feuilletées : en gros il faut vous entraîner à fond sur les brioches (parisienne, nanterre, petites pièces, couronne..), croissants/pains choc )

Les tartes : savoir faire toutes les pâtes sablées, sucrées, brisées + maitriser crème d’amande, ganache choc, bien présenter les fruits..

La pâte à choux ou pâte feuilletée (soit l’un soit l’autre au CAP) : savoir maitriser la cuisson du caramel, mettre au point le fondant, avoir une homogénéité dans la taille des produits, bien dresser à la poche. Pour la pate feuilletée, bien savoir tourer selon les regles de l’art 😉

L’entremet, généralement c’est soit une charlotte soit un fraisier ! donc maitriser la bavaroise avec gélatine, maitriser la crème mousseline…et la déco au cornet !

Important pour tout ce qui est fours et étuves : vous partagez avec vos petits camarades. Vous êtes 3/4 par four, j’entends déjà dire « mais comment on fait les choux vont retomber si tout le monde ouvre le four ! ». Non, ce sont de grands four à soles de 5/6 plaques environ, si vous mettez vos choux au fond, n’ayez crainte. Mais essayez de synchroniser avec les autres.

III/ Les questions

Par deux fois, les jurés regardent où vous en êtes et vous demande si c’est ok pour les questions.  Vous pouvez leur dire non, je dois sortir un truc du four (si c’est vrai bien sur !!)

Et vous laissez tout en plan ou remettez au frigo ce que vous étiez en train de faire. Ils vous emmènent à l’extérieur du labo pour les questions.

Une fois pour des questions de santé et hygiène et un autre fois pour des questions sur des termes techniques de la pâtisserie (définition de mot : abaisser, tourer, candir, apprêt…, savoir décrire un tour de main, comment sait-on que les croissants ont bien poussé etc…)

SUITE AU PROCHAIN ÉPISODE : LES QUESTIONS TYPES POSÉES PAR LES CANDIDATS LIBRES.

Des pâtisseries riches en couleurs !

Au fil des mois, j’ai cumulé de nombreuses photos de pâtisseries dans mon disque dur….

Je surf sur pas mal de sites tels que : CakeSpy, Bakerella, Biscuiteers, Pure Gourmandise. Bref, je m’informe sur ce que font mes collègues, tous plus talentueuses les unes que le autres. J’espère un jour leur ressembler !

Allez quelques photos qu’elles sont jolies :

Encore quelques unes après j’arrête promis !!!!

La derniere c’est la bannière d’UPS vous l’aurez deviné !!

Mon top 3 des films sur la pâtisserie

Il existe des films sur la seconde guerre mondiale, des fictions où l’on va sur Mars ou encore des mélos romantiques …Et bien, figurez-vous qu’il existe aussi des films où le thème est la pâtisserie, les sucreries et tout autre bonne choses !

Je vous entend crier : « Charlie et la chocolateriiiiiiiiiiiiiiiiiiie !! J’adore ce film, en plus, même que Johnny Depp est trop beau ! »

Et bien oui, j’aime bien ce film, même si je préfère la version ancienne (donc…sans Johnny Depp), mais il ne fait pas parti de mon top 3 !

Commençons :

NUMBER 3

 

Waitress de Adrienne Shelly

film pâtisserie waitress

Sorti en 2007, ce film raconte la vie de Jenna, serveuse et pâtissière dans un Dinner américain. Elle y fait de succulentes « pies » maison (chez nous on dirait plutôt tourte que tarte) auxquelles elle donne de drôles de noms tels que : I-don’t-want-a-baby-pie ou fall-in-love-pie ! Sa vie n’est pas rose, elle est enceinte, avec un mari qui l’a traite comme une moins que rien … Bref, elle trouve du plaisir qu’en pâtissant ! Et elle a bien raison !

J’ai adoré ce film, forcement car elle fait beaucoup de tartes ! En plus, elles sont trop belles, dans le style américain 🙂 J’adore, un film à voir !

NUMBER 2

Le Chocolat de Lasse  Hallström (2000)

le chocolat

Allez-y vous pouvez crier Jooohnny Deeeepp ! Un de mes films préféré et tellement agréable à regarder ! Notamment lorsqu’elle met au point son chocolat et confectionne de délicieuse pralines

J’aimerais être une petite souris 3D et me faufiler pour grappiller un bout de chocolat 🙂 Mais est-ce qu’une souris mange du chocolat ? …Hmm..

Pour le synopsis, pour ceux qui ne connaîtraient pas, c’est une chocolatière hors-pair qui s’installe avec sa fille dans un village français très conservateur…Elle peine à installer sa boutique car les habitants pense que le chocolat est un plaisir et donc synonyme de péché et d’oisiveté. Malgré tout elle ouvre sa boutique, devine à merveille ce qu’on besoin ses clients. Comme si le chocolat était libérateur voire un médicament. Entre temps il y a l’histoire de vagabonds avec un certain Johnny Depp…:)

NUMBER 1 !

Pas si Simple de Nancy Meyers (2009)

film pâtisserie pas si simple

Et voilà, peut-être êtes-vous déçu par ce number 1, mais c’est le film qui m’a confirmé l’envie de passer un CAP Pâtisserie ! Tout simplement car voir ces beaux gâteaux (encore…américains) et le salon de thé que possède Meryl Streep dans le film m’ont fait tourné la tête  !

Depuis j’ai changé un peu d’optique mais il est vrai qu’ouvrir un salon de thé serait un rêve une fois que j’aurais une maison et que j’y resterai pour de bon !

Bref, dans cette comédie romantique on y voit une vraie femme d’affaire qui tient son salon de thé, la 50aine épanouie, célibataire, une maison de rêve ! Ses enfants partis, elles se sent un peu seul et tente de renouer avec la gente masculine… ! Gare aux fous rires.

Outre cette histoire un peu plan-plan pour certain, on voit la protagoniste cuisiner à merveille, faire des gros gâteaux, des croissants…J’adore !!

Et voilà !! Si vous avez des films à me conseiller, n’hésitez-pas je suis preneuse !!

Edit de 2016 : sur le thème de la cuisine vous avez aussi l’excellent Julie et Julia

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Bruxelles et Gand en un week-end

Edit de 2016 : retrouvez mes autres récits de New-York, Florence et d’Irlande !

Il y a quelques temps on visitait Bruxelles et Gand pour la première fois !

Ces deux villes sont grandioses, j’ai une petite préférence pour Gand, qui est sans doute l’une de mes plus belles découvertes !

Bruxelles

La Grand’Place de Bruxelles est très belle le soir, illuminée et musicale ! 

Le Musée de la Musique, dans les anciens magasins Old England, mérite également le détour, dans un immeuble Art Nouveau, tout à fait old school et avec beaucoup de charme. Moi qui suis musicienne, j’ai énormément apprécié et ai découvert plein d’instruments authentiques.

On a également découvert le Musée Horta : bon, à vrai dire j’ai pas trop apprécié, visiter la maison de quelqu’un ça me laisse un peu de marbre. J’avais l’impression d’être chez ma grand-mère.
Désolée, pas de photos du Musée Horta… D’ailleurs je vous fait profiter d’une phrase d’un super serveur belge très bavard, répondant à la question « C’est bien le musée du chocolat et le musée de la BD ? » . Sa réponse :  « C’est nul à chier ! Mais quand je dis nul à chier c’est que c’est nul à chier ! »

Gand

Mon coup de coeur du voyage, rien que ça… Pourquoi visiter cette charmante ville ?

Number  One : pour se promener dans la plus grande zone pietonne de Belgique. Là-bas se côtoie trams, vélos, calèches…Bon, c’est idyllique !

Découvrir le vieux quartier, ses ponts et berges magnifiques sans voitures ou scooters ça n’a pas de prix !

Number Two : pour l’animation le soir : restaus, jeunesse, bières, gaufres, squattage des quais, illuminations des façades…

Number Three : Pour ses monuments historiques, beffrois, grand’place, chateau médiéval en plein centre ville, son tour touristique en bateau …

Oui  la fille derriere à gauche c’est moi, parce que dès qu’il y a des chevaux, je suis là ! Et encore un peu plus derrière : le beffroi. On peut y monter en ascenseur d’ailleurs, sont ingénieux ces belges.

Bon voilà, parce que je ne sais pas compter au delà de three en anglais, je m’arrête là… Encore quelques photos :

Ps : ce qui rajoute encore plus de charme à cette ville, c’est qu’au retour j’ai appris que mes ancêtres belges étaient originaires de Gand. Séquence émotion.

Pps : Saviez-vous qu’à Gand ils parlent tous l’Anglais, le Français et le Néerlandais ?

A bientôt,

J.


Les grandes eaux nocturnes de Versailles 2011

Règle 1 : N’oubliez pas de bonnes chaussures, qui ne craignent ni les kilomètres ni la gadoue !

Règle 2 : Mettez vous en condition physique et psychologique, vous allez revisitez les jardins de Versailles quand même !

Règle 3 : Gardez le K-Way a porté de main…ou le poncho de chez Disney !

Règle 4 : Il n’y a pas de règles ! (Ouais bon..)

Quelques magnifiques vues des jardins de Versailles, illuminés à l’occasion des Grandes Eaux Nocturnes et agrémentés de musiques de l’époque :

Des petites bulles nous accompagnaient, au coucher de soleil !

Le château est à voir absolument la nuit !!

Madame…

Monsieur…

Un bassin magnifiquement illuminé, tout de vert, c’était très beau

Même la pluie rendait bien en vert !!

Les bassins et fontaines tous plus beaux les uns que les autres !

et le chef-d’oeuvre final!!

 

Merci à mon chéri de m’y avoir emmené 🙂

Biscuits craquelés au chocolat

Hmmmm…Je vous avais parlé du livre de Martha Stewart ? Ah oui oui… ici même !

Et bien..J’ai récidivé ! Voici donc les biscuits craquelés au chocolat d’après la recette du bouquin ( page 60 pour les intimes)

Voici quelques photos…attention aux âmes sensibles : c’est très chocolat !

Tout cela était fort bon !

D’ailleurs, vu que la recette est pour 60 biscuits (et que si je les cuits tous il y a de forte chance pour qu’il en reste aucun après 20 min) j’ai congelé la pâte pour m’éviter le coma diabétique 🙂 Et les cuire quand j’en ai besoin ! Ainsi les amis peuvent espérer profiter de ses douceurs !!

La magie du congèl..

La recette :

230g de chocolat noir

180g de farine

50g de cacao non sucré en poudre

2 cuillerée à café de levure chimique

1/4 de c à c de gros sel

120g de beurre pommade

300g de cassonnade

2 gros oeufs

1 c à c d’extrait de vanille

80 ml de lait entier

200 g de sucre en poudre

120 g de sucre glace

1. Faire fondre le choco, tamisez farine cacao levure et sel

2. Battre de beurre avec la cassonnade, incorporez oeufs et vanille puis le choco fondu

3. Ajoutez la moitié de la farine, le lait puis l’autre moitié de la farine

4. Placer la pâte au frigo 2 heures

5. Façonner des boules de 2.5 cm environ, bien les rouler dans le sucre en poudre (bien bien bien !) puis les rouler dans le sucre glace !

6. Bien les espacer sur la plaque (5 cm) et enfourner à 180 ° pendant 14-15 minutes

7. Laisser refroidir (Ou pas !!) et régalez vous !! 🙂

A bientôt amis gourmands

Tuiles Pistache, Martha Stewart

 

Découvrons ensemble, la première recette que j’ai faite du super-bouquin-que-je-lis-trop-en-ce-moment :

Biscuits, sablés, cookies : la bible des tout petits gâteaux,  de Martha Stewart

Je l’adore ! J’ai longtemps hésité à l’acheter car les bouquins de pâtisserie commencent à bien s’incruster dans la maison mais je ne regrette pas !

Notamment, il y a à la fin du livre quelques conseils pour glacer des sablés à la glace royale, vous savez, comme à l’américaine quoi ! Et moi, j’adore, je trouve ça TROP beau.

 

Bref, mes tuiles étaient pas mal, le seul souci était pour les courber. Le rouleau à pâtisserie était un peu trop gros pour mes petites tuiles…J’aimerais investir dans une gouttière !

Ah, et oui, un seul souci dans la recette, je trouvais que l’appareil était extrèmement liquide du coup j’ai rajouté en farine (quelques cuillerées, je m’en souviens plus bien), MAIS du coup je pense avoir perdu un peu en goût pistache ! Car on sentait pas vraiment. La prochaine fois je réessaierai la recette sans avoir peur de la liquidité de l’appareil, pour voir ce que ça donne !

 

La recette initiale :

 

140g de sucre en poudre

3 gros blancs d’oeufs

1 pincée de sel

60g de beurre

2 cuillerées à soupe de farine

60g de pistaches émondées non salées et hachées finement

 

Bisous !